Violences policières: le PTB exige que les ordres du bourgmestre aux forces de police soit rendus publics

Depuis samedi, les témoignages de manifestants pacifistes présents au rassemblement de Extinction Rebellion ne cessent de se multiplier et confirment la gravité des faits. Inquiet, le PTB a déposé une motion au conseil communal pour avoir des engagements clairs de la majorité.

“La majorité Ecolo - PS - Défi a des comptes à rendre à la population affirme la cheffe de groupe du PTB à la Ville de Bruxelles, Mathilde El Bakri.

Photo : Extinction Rebellion Belgium/Marc Baert

Les déclarations du bourgmestre selon lesquelles il n'y aurait pas eu de comportements illégitimes sont extrêmement inquiétantes pour notre démocratie. Mathilde El Bakri s’indigne: “comment est-ce possible que le bourgmestre endosse la responsabilité du recours au spray à poivre ? Son rôle devrait être de faire respecter la circulaire ministérielle qui précise que son utilisation doit rester limitée aux situations de violence collective grave commise contre la police ou contre des personnes, aux cas de légitime défense”. C’est inacceptable de banaliser l'utilisation de cette arme.”

 L’enquête doit désigner clairement qui porte la responsabilité politique des abus et du recours à la violence. “Il est essentiel que les résultats de l’enquête soient rendus publics: les citoyens ont le droit de savoir si c’est le bourgmestre qui a donné l’ordre à son corps de police de faire usage de la violence et d’utiliser du spray à poivre” poursuit Mathilde El Bakri. 

Le droit de manifester pacifiquement est un droit constitutionnel. “La majorité doit réaffirmer ce droit et le bourgmestre, chef de corps de la zone de police doit faire respecter ce droit sur le territoire de la commune lors de manifestations pacifistes et démocratiques”. C’est pour cela que le PTB a demandé que la motion soit votée en urgence, la majorité ne peut pas agir contre la loi. 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?