Match ferme ses portes à Docks.

Match ferme ses portes à Docks. On peut encore éviter un autre fiasco avec Néo.
Le PTB revendique la réduction de 80% de superficie du centre commercial sur le plateau du Heysel.



Le supermarché Match de Docks ferme définitivement ses portes samedi.

C'est un coup dur pour le personnel qui sous pression par sa direction, a dû dès le début redoubler d'effort pour éviter ce scénario. Moins de 3 ans après son ouverture, le centre commercial n'en est pas à sa première fermeture.
Pour le PTB, c'est un signe de plus que le gigantesque centre commercial du projet Néo 1 prévu à quelques kilomètres à peine, n'est pas viable. 

Mathilde El Bakri, députée régionale et conseillère communale PTB :
" Cette politique doit cesser. Pour satisfaire les gros investisseurs privés, les autorités publiques sont prêtes à risquer gros, quitte à nier l'avis de nombreux experts qui prévoyaient une surabondance d'offre commerciale. C'est en effet ce qu'il se passe. Les travailleurs sont les premières victimes de cette logique. Le manque de fréquentation de Docks encourage les contrats précaires, le turn-over et une forte pression sur les employés.  "

Pour motiver la construction du centre commercial, les autorités avaient promis 1200 emplois à Docks.
Finalement c'est moins de la moitié qui sera créé, et essentiellement de l'emploi précaire. Dans une région où 1 jeune sur 3 est sans emploi, la différence est de taille.

A quelques kilomètres à peine de Docks, c'est l'immense centre commercial du projet Néo 1 qui devrait bientôt voir le jour. La demande de permis d'urbanisme vient d'être déposée. " L'expérience de Docks ne suffit pas. 
On peut continuer de construire des grands magasins, le pouvoir d'achat des travailleurs lui n'augmente pas. 
Combien d'autres fermetures de magasins et d'autres travailleurs remerciés, faudra-t-il encore pour les politiques comprennent ? C'est inacceptable de jouer comme cela avec la vie des gens.
Si les 72 000 m² de shopping se construisent sur le plateau du Heysel, c'est la catastrophe annoncée. Le coût sera social, mais aussi environnemental." déplore Mathilde El Bakri. 

 

Le parti de gauche a développé un plan alternatif (plan ici : https://regiondebruxelles.ptb.be/neo_le_plan_alternatif_du_ptb
qui répond aux besoins de la population plutôt qu'aux besoins des investisseurs privés.
Et Mathilde El Bakri de continuer : " Le PTB exige des autorités, la réduction de 80 % des 72 000 m2 d'espace commercial. Cet espace peut être occupé par 610 logements de plus. C'est un projet qui répond à une réelle demande. De l'espace commercial est nécessaire, surtout en fonction du nouveau quartier. Mais 15 000 m2 suffisent largement."

Pour le PTB, la ville n'est pas un "produit financier" revendu au plus offrant, mais un patrimoine collectif à tous sensé répondre aux besoins de la population. 

 

 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?