Le PTB s'inquiète de l'achat de 12 Tasers par Bruxelles-Ville

La PTB s'inquiète de l'achat de 12 pistolets à impulsion électrique - mieux connus sous la marque Taser - pour la zone de police de Bruxelles-Ixelles. 

Cette mesure a été votée et approuvée par la majorité bruxelloise PS-sp.a-Ecolo-Groen-Defi.

Un pistolet à impulsion électrique est une arme mortelle

Une arme à choc électrique, aussi connue sous le nom d'arme à électrochocs ou Taser, est une arme avec laquelle des chocs électriques peuvent être administrés. Paralysie musculaire, traumatismes lors de chutes, crises cardiaques chez les personnes à risque, convulsions, .... sont certains des effets prouvés de l'utilisation du Taser.

Le fait que la "majorité progressiste" de la ville de Bruxelles (et d'Ixelles) ne considère pas le Taser comme une arme meurtrière est, au contraire, alarmant. Lors du dernier conseil de police de la zone de Bruxelles-Ixelles, Bruno Bauwens du PTB est intervenu : "Le Taser est effectivement une arme mortelle. Selon Amnesty International, le Taser a tué 351 personnes aux États-Unis entre 2001 et 2009. Le Comité contre la torture de l'ONU affirme que le Taser cause des douleurs si intenses que l'on peut parler de "méthode de torture". Le Code européen des armes le classe dans la catégorie des " armes qui peuvent infliger la torture ". Cependant, lors du dernier conseil de police de la zone de Bruxelles-Ixelles, toutes ces préoccupations ont été dissipées par le bourgmestre Doulkeridis.

Bien que le projet soit présenté comme un projet pilote, 12 pistolets à impulsion électrique ont été achetés et 68 personnes formées à leur maniement. Il ne s'agit donc pas que d'un projet pilote, mais plutôt d'un début de généralisation de l'utilisation des électrochocs par les agents à Bruxelles. 


Le PTB demande l'abandon des pistolets Taser

"Dans les petits espaces où l'on ne peut pas utiliser un gaz poivré ou un pistolet, le TASER est une bonne alternative", est l'un des arguments du lobby pro-taser - et aussi des bourgmestres Close et Doulkeridis. Et c'est là que réside le danger, explique Bruno Bauwens du PTB: "Étant donné l'utilisation répandue du gaz poivré (une arme non létale) dans les interventions policières, le remplacement du gaz poivré par le Taser (une arme qui peut causer la mort) est très important. Parce qu'elle est "non létale", la personne qui la porte est beaucoup moins réticente à l'utiliser que lorsqu'il s'agit d'une arme à feu. Depuis 2008, Amnistie réclame des restrictions sur l'utilisation des pistolets Taser. La Human Rights Protection Association souligne que le Taser a causé plus de 600 décès depuis sa première utilisation aux États-Unis.

Pariez sur la police de proximité

Pour le PTB, le lancement de ce projet pilote est l'occasion de rappeler qu'une politique différente est possible. Le parti de gauche veut éviter une accumulation de mesures de plus en plus répressives qui ne font qu'accroître la violence. Bruno Bauwens : " Nous ne voulons pas d'une police de " cow-boys " qui préfère des interventions fortes au dialogue. Nous plaidons pour une police de proximité composée, entre autres, d'agents formés à la gestion non violente des conflits. Prises de contacts, écoute des attentes de la population, travail quotidien de prévention, .... sont tous des moyens de détecter les problèmes avant qu'ils ne s'aggravent et de contrôler efficacement la criminalité."

Contact presse:

Bruno Bauwens 0472 39 12 59


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?