Région bruxelloise : zone hors-TTIP ? C'est possible!

« Le PTB demandera lors du vote sur le TTIP (probablement) le 24 avril au Parlement Bruxellois que Bruxelles se déclare « zone hors-TTIP ». Alors que Liège et Tournai ainsi que de nombreuses communes belges l'ont déjà fait, le parti de gauche veut que la Région franchisse également ce cap. » Mathilde El Bakri, députée bruxelloise du PTB.

Le 24 avril, il est normalement prévu que la majorité bruxelloise soumette au vote une résolution sur le TTIP. « Une résolution qui ne demande malheureusement pas le rejet du futur traité ni l'arrêt des négociations. Elle est donc plus qu'insuffisante explique Mathilde El Bakri. Et c'est pour cette raison que nous la rejetons en l'état ». Le PTB demande que le 24 avril le Parlement Bruxellois déclare Bruxelles zone hors-TTIP et fasse pression pour que le gouvernement fédéral rejette le traité. « En tant que capitale européenne, Bruxelles peut créer un effet domino et envoyer un message d'espoir afin de protéger les intérêts de la population face aux multinationales. La mobilisation citoyenne est notre meilleure arme. Outre la journée internationale contre le TTIP organisée le 18 avril par de nombreux acteurs de la société civile, nous appelons aussi à nous mobiliser le 24 avril à 13h devant le parlement bruxellois le jour du vote ».

Accepter ce traité revient, entre autre, à ouvrir la porte aux poulets traités au chlore, à l'exploitation du gaz de schiste ou encore à la libéralisation des services publics explique Mathilde El Bakri. La dérégulation de toutes les normes sociales, environnementales, sanitaires ou démocratiques sont l'ADN même de ce genre de traités ». Le PTB s'appuie notamment sur les exemples précédents de traités similaires et les études indépendantes. « En Amérique du Nord, l'ALENA (traité similaire entre Etats-Unis et Mexique) a causé la perte de plus de 680.000 emplois stables aux États-Unis. Concernant le TTIP, l'étude indépendante menée par l’Université TUFTS projette une perte de plus de 600.000 emplois, une baisse de PIB de 0,5 % et une perte salariale pour les travailleurs européens. Ce traité nous mènera à plus de concurrence entre les travailleurs américains et européens via une augmentation du dumping social. » continue la députée. (Pour plus d'informations voir ici)

Dans le passé, les dirigeants européens ont été forcés de faire marche arrière sous la pression des mobilisations citoyennes. Comme en 1997 lors des négociations autour de l'AMI (Accord multilatéral sur l’investissement) qui ont été finalement abandonnées. A l'heure actuelle, l'initiative citoyenne européenne demandant l'arrêt du TTIP a déjà récolté plus d'un million et demi de signatures.

Cette mobilisation est le meilleur moyen d'arriver à un rejet de ce traité toxique » explique encore Mathilde El Bakri. C'est dans ce sens que le PTB soutient la mobilisation pour être présent lors du vote qui aura normalement lieu en séance plénière du 24 avril au Parlement Bruxellois. Pour le PTB, « tous les partis devront prendre leurs responsabilités. Beaucoup de députés se sont opposés au traité : à eux de joindre la parole aux actes. Il y a largement de quoi avoir une majorité alternative sur ce sujet et nous la soutiendrons. »

Le PTB soutient également la mobilisation qui aura lieu au conseil communal de Schaerbeek le 29 avril (à 18h) en soutien à l'interpellation citoyenne et une motion voulant faire de Schaerbeek une “zone hors-TTIP”.

 

Tags: 
TTIP