Le PTB interpelle le gouvernement bruxellois sur les exclus du chômage

Relayant entre autre les demandes du terrain et notamment de la CSC-TSE (travailleurs sans emplois), le PTB ainsi que d’autres partis ré-ouvrent aujourd'hui au parlement bruxellois le débat sur les exclus des allocations d'insertion. « Nous avons entendu de la part des partis de la majorité qu'ils regrettaient cette décision, que certains avaient le cœur qui saigne, explique Michael Verbauwhede député bruxellois du PTB. Mais nous attendons maintenant des actes. Tant pour le soutien effectif aux CPAS que pour la mobilisation pour faire changer d'avis le gouvernement fédéral. »

Le PTB soutient aussi les mobilisations qui ont eu lieu ces dernières semaines contre cette mesure, partout en Belgique. « La semaine dernière, plusieurs centaines de personnes étaient mobilisées dans 7 villes, rappelle Michael Verbauwhede. Et aujourd’hui, la CSC-TSE appelle à un rassemblement devant le parlement bruxellois. Ces mobilisations sont importantes, car c’est grâce à la pression de la rue que le gouvernement fédéral fera marche arrière. »

Depuis le 1er janvier 2015 la machine à exclure s'est emballée suite aux mesures prises par le gouvernement Di Rupo. Plus de 30.000 personnes ont et vont être exclues des allocations d'insertion, dont près de 5.000 uniquement à Bruxelles. Sans compter les mesures additionnelles prises par le gouvernement Michel-De Wever. « Les CPAS ne sont actuellement pas en mesure de recevoir correctement les gens, explique Michael Verbauwhede. Pas mal de droits risquent simplement de ne pas être respectés. »

Le PTB est d'avis qu'on ne peut pas faire payer aux chômeurs le manque d’emplois. « Avec 1 emploi pour 15 demandeurs à Bruxelles, on peut difficilement condamner les gens qui ne trouvent pas d'emplois », continue Michael Verbauwhede.

« Nous demandons un moratoire immédiat sur les exclusions et la réintégration de tous les expulsés dans leurs droits légitimes aux allocations de chômage. Nous continuerons à soutenir les mobilisations dans ce sens. Et, vu les déclarations politiques de la majorité bruxelloise, nous espérons également que les politiques héritées de la sixième réforme de l'État en matière d'accompagnement et de sanctions seront adaptées. On ne peut pas continuer sérieusement à dire qu'on s'oppose aux exclusions, que 'sanctionner ne fonctionne pas' et 'qu'on a le cœur qui saigne', et dans le même temps maintenir les logiques similaires de chasse aux chômeurs au niveau régional », a conclu le député bruxellois du PTB.

Tags: 
Chômage