Le PTB veut un abonnement MTB pour tous : le Parlement bruxellois refuse

Ce vendredi 2 juin, les députés régionaux du PTB ont défendu une proposition qui aurait pu diminuer le nombre de trajets en voitures à Bruxelles à court terme. Tous les autres partis ont fait le choix de refuser cette mesure pourtant simple, peu coûteuse et efficace pour notre environnement et notre mobilité.


Une action d'urgence est nécessaire

Avec près de 400.000 véhicules qui roulent chaque jour à Bruxelles, notre ville est l'une des plus embouteillées d'Europe. Au delà des problèmes de mobilité, les voitures ont des conséquences dramatiques pour la qualité de l'air et de notre santé. La pollution de l'air provoque en moyenne 632 morts prématurées dans la capitale chaque année. « 632, presque 2 par jour, c'est inacceptable! C'est pourquoi nous proposons une mesure d'urgence pour avancer. Donner accès à tous les opérateurs de transport en commun, c'est rapide, peu coûteux et efficace. C'est nécessaire en attendant d'avoir une amélioration structurelle du réseau." explique Youssef Handichi, député du PTB et ancien chauffeur de bus à la STIB.


Un Easy-Pass qui donne accès à toutes les lignes sans surfacturation

Concrètement, le PTB propose que les abonnements et tickets de la STIB donnent accès à toutes les lignes des autres opérateurs DeLijn, TEC et SNCB et cela sans payer plus cher, via une formule “Easy-Pass”.

En effet, près d'un tiers des bus qui roulent en région bruxelloise appartiennent à des lignes DeLijn ou TEC. Les infrastructures existent déjà mais sont sous-utilisées, car peu connues par les usagers. Surtout, le prix des formules MTB (qui donnent accès à tous les transports en commun dans la Région), reste trop cher et intimidant.

Sans investissement supplémentaire, faciliter l'accès aux Bruxellois à toutes ces lignes permettrait un report de 5% des déplacements vers les transports en commun à Bruxelles... et donc de diminuer l'utilisation de la voiture. Avec cette simple mesure c'est au moins un quart des bruxellois qui verraient leur temps de trajet en transport en commun diminuer. Cela ferait déjà pas mal de voitures en moins sur les routes.

Pour résoudre les problèmes de fond de mobilité à Bruxelles, il faudra investir dans une offre de transports en commun beaucoup plus élargie et plus accessibles, afin qu'elle devienne une réelle alternative à la voiture. Il en va de même pour les infrastructures pour les cyclistes, encore trop peu nombreuses. En attendant, toute mesure qui permet de diminuer les voitures est à mettre en place. Cerise sur le gateau : utiliser une infrastructure qui existe déjà n'engendre pas de coûts supplémentaires.


Des paroles et des actes...

Pourtant, aucun autre parti politique n'a soutenu notre proposition, de la gauche, à la droite, en passant par les écologistes. Tous les partis ont voté contre, à l'exception de Groen qui s'est abstenu.

Ils auraient pu faire un réel choix politique en faveur de la mobilité et de l'environnement. Ils ont tous les outils en main pour le faire. Ils parlent même d'un certain consensus sur la nécessité de diminuer les voitures et d'encourager l'utilisation des différents opérateurs (STIB, TEC, DeLijn, SNCB).

Hier encore, la Ministre de l'Environnement, Céline Fremault, rappelait son "engagement pour une société bas carbone".


Au moment où de nombreux responsables politiques bruxellois s'offusquent (avec raison) de la décision de Donald Trump de se retirer des accords climatiques de la Cop21 (1), on aurait cru qu'ils auraient tout fait pour instaurer cette mesure simple, bon marché et rapide pour réduire les déplacements en voiture.

Apparemment non.

 

(1) Jeudi 1e Juin 2017, Donald Trump a annoncé que les USA allaient se retirer de l'accord de Paris, obtenu lors du sommet climatique mondiale l'année passée. Pour plus d'informations, lire cet article